Activités artistiques et littéraires GS/CP

Depuis la rentrée, les GS et les CP ont mis en place différentes activités autour du chant, de la poésie et de la littérature.

Chant

Voici les chants travaillés en classe pendant la première période.

 

Poésie

 

Littérature

– Dessin anti racial de Victor Vasarely –

Travail autour des sentiments : période 1

Des repères pour les papas et les mamans :

D’origine hongroise, Victor Vasarely (1908- 1997) arrive à paris en 1931 comme graphiste.il dirige son agence de publicité jusqu’en 1956. A cette date, il se fait reconnaître comme l’un des artistes majeurs du tout nouveau « art cinétique », où les œuvres expriment le mouvement. Sa spécificité personnelle réside dans des effets d’optique plus que par la mobilité réelle de l’œuvre, d’où appellation d’ »art optique » ou « op’art » pour sa recherche artistique.

Cette œuvre est absolument graphique. La simplicité de traitement de l’œuvre en ligne continue et en aplat de couleurs la place dans le domaine de l’affiche plus que de la peinture de chevalet.

Après un court moment d’hésitation pour saisir ce qui s’y dessine, l’évidence de l’emboîtement des formes s’impose, avec toute sa force de sidération.

Une sorte d’effet d’optique s’offre au regard, à la fois très simple et très difficile à décrire précisément : un même tracé, fonctionnant comme une ligne de démarcation, dessine, l’un et l’autre, le dedans et le dehors, le plein et le vide. Elle transforme la juxtaposition graphique des deux visages en une fusion, leur dualité en une identité.
Avant de travailler sur cette œuvre proprement dite et découvrir le poster, les enfants vont travailler sur les notions de complémentarité, d’emboîtement, de pleins et de vides avec leur corps, avec des objets. Cette première approche préalable est indispensable pour pouvoir décrypter ensuite l’image.

– Emboîtement d’objets –

– Complémentarité avec le corps –

– Les pochoirs positifs et négatifs –

 

– Entre les pleins, un autre plein –

– Montage de nos réalisations sur la même fiche –

  

Nous sommes ensuite revenus à la lecture de l’image qui a donné lieu à diverses interprétations :

« On croit qu’il y a des mains. Je crois qu’il y a une tête. On dirait une bouche. On dirait un gros pouce. On dirait que c’est arrondi. Il y a une petite main et une grosse main. On dirait qu’il y a des os. On dirait qu’il y a un monstre. On dirait qu’il y a un côté avec des os et un côté sans os. On dirait une route. On dirait un cerveau. On dirait une bouche ouverte. On dirait un bras. Je vois des bosses. C’est une pieuvre. Il y a un œil bizarre. Je vois des oreilles. Je vois une moustache. Je vois un chat. Je vois une goutte d’eau. Je crois qu’il veut toucher un oiseau car c’est un bonhomme bizarre. Peut-être que c’est une enfant. Il y a un bébé, un papa et une maman. Peut-être qu’il ya un papa qui porte un bébé.

On peut dire que c’est une maman qui fait un bisou à son fils et que le fils fait un bisou à sa maman. La maman porte le bébé dans ses bras.

On dirait que c’est un emboîtement vu que c’est du noir avec du rose. Peut-être que ce sont des amoureux. Et bien on dirait qu’ils se font un bisou sur la bouche. On dirait qu’ils vont se marier. »

Les propos ont été notés dans l’ordre chronologique où ils ont été émis et c’est amusant de constater la progression des propos dans les diverses propositions qui vont du simple détail à l’interprétation de l’image pour presque bâtir une signification.

Et… en parlant de signification, passons aux définitions :

Etre amoureux, qu’est-ce que c’est ?

« Celui avec qui on est amoureux, il veut bien qu’on lui fait un bisou. Les amoureux, il se fait un bisou sur la bouche. Ils se rencontrent. Pour être amoureux, il faut s’aimer. Il faut d’abord poser la question. Etre amoureux, c’est pour se marier, il faut pas être trop trop jeune. Etre amoureux, c’est pour avoir des enfants. Etre amoureux, c’est être ensemble pour la vie. Mais on peut se séparer. Etre amoureux, c’est de se promener ensemble. Etre amoureux, c’est se faire des câlins. C’est dormir à côté. C’est visiter des châteaux. C’est dormir ensemble. Etre amoureux, c’est ne pas se quitter. Pour être amoureux, il faut être papa et maman. »

Bon, et si deux petites filles ou deux petits garçons se promènent ou même une maman et son enfant se promènent main dans la main, peut-on dire qu’ils sont amoureux ?

« Bah ! non ! peut-être que sa mère, elle lui fait découvrir le monde ! Pas forcément parce que ce sont des enfants et les enfants, c’est pas amoureux, si c’est des frères et sœurs ! Les enfants peuvent être amoureux, s’ils ne sont pas frères et sœurs. »

Quand on offre un cadeau à quelqu’un, est-ce que je suis forcément amoureux de cette personne ?

« Des fois, c’est l’anniversaire de quelqu’un. Peut-être qu’il lui offre un souvenir. Peut-être, on s’est pas vu depuis longtemps. Ca peut être Noël. Ca peut être une fête. »

Après constat qu’une seule définition de l’état amoureux est difficile à trouver, on va chercher des réponses dans les livres qui développent chacun une réflexion nouvelle sur l’état amoureux.

L’amoureuse (François Langlois)

La petite fille ne trouvait pas d’amoureux. Ca parlait sur les amoureux : la petite fille cherche un amoureux mais elle n’en trouvait pas. Elle voulait que le chêne soit son amoureux. Le chêne ne peut pas parce qu’il est un arbre. Et elle voulait être amoureuse d’un écureuil et c’est un animal. Il y avait un petit garçon. Ce sont les nuages qui ont dit qu’ils étaient amoureux.

Il faut être humain pour être amoureux, c’est-à-dire des filles ou des garçons.

Ma petite amoureuse (Jo Hoestlandt)

Dans ce livre :

« Être amoureux c’est jouer ensemble (le garçon et la fille jouaient à la marelle). Etre amoureux c’est aider (le garçon, il a donné son gant à la fille). Etre amoureux, c’est être toujours à côté (ils étaient ensemble sur le banc). C’est se donner la main ensemble (quand ils étaient dans le ciel de la marelle). Etre amoureux, c’est se parler : le garçon demandait des explications à la fille. »

Être amoureux, c’est s’aimer (les petits nuages forment un cœur).

Roméo et Juliette (Mario Ramos)

L’éléphant et la souris sont tout le temps ensemble. Ils sont amoureux parce que l’éléphant a emmené la souris où elle voulait aller depuis longtemps.

Être amoureux, c’est être bien ensemble.

Le hêtre vivant (Alice de Poncheville)

Les amoureux trouvaient tout joli et intéressant.

Être amoureux, c’est trouver que tout est joli et intéressant.

Monsieur Leloup est amoureux (Frédéric Stehr)

Ils sont amoureux parce que leurs cœurs battent plus fort quand ils se regardent dans les yeux.

Être amoureux c’est quand ton cœur bat fort en regardant quelqu’un que tu aimes.